Mobilité: piloter l'avenir lancéen

La mobilité, si elle représente partout un enjeu important, prend à Lancy une dimension cruciale.

La mobilité, si elle représente partout un enjeu important, prend à Lancy une dimension cruciale. Les autorités communales en sont bien conscientes et ont organisé plusieurs séances d’information publiques, ouvrant un dialogue constructif avec les Lancéennes et les Lancéens, tant il est vrai, sourit le Maire Stéphane Lorenzini, qu’en matière de circulation, «il y a autant d’avis que d’utilisateurs»! La Ville de Lancy se trouve, c’est le cas de le dire, à la croisée des chemins. Deux lignes de tram, le CEVA, les axes routiers d’importance cantonale, voire nationale; la perspective d’un fort développement démographique; enfin, la fierté d’être une commune innovante, à haute qualité de vie et résolument engagée en faveur de l’environnement (label bio, stratégie énergétique, etc.): tout cela oblige à une vigilance et à une imagination permanentes, car les décideurs, en matière de mobilité, se trouvent plus souvent aux niveaux fédéral et cantonal que municipal.

Le plus gros dossier actuellement traité est la réorganisation du quartier du Plateau. Finalisation du réseau séparatif, mise en zone 30 km/h, régulation du trafic de transit sont au programme.

«La volonté forte du Conseil administratif est de favoriser partout la mobilité douce», explique Stéphane Lorenzini.»

«La volonté forte du Conseil administratif est de favoriser partout la mobilité douce», explique Stéphane Lorenzini. La Promenade Nicolas-Bouvier, axe nord-sud capital, est à cet égard emblématique». Cet itinéraire «doux», piétonnier et cycliste, aboutit au secteur d’Eugène-Lance, qui doit lui aussi être requalifié. Il s’agit de gérer au mieux le trafic dans ce périmètre où établissement scolaire, restaurant et piscine, notamment, attirent beaucoup de monde. L’un des soucis de tout responsable politique lancéen est de parvenir à lier le «Grand» et le «Petit» Lancy; à cet égard, le tram est évidemment un atout, mais l’axe majeur de circulation qui coupe le territoire et ses bouchons du pont de Lancy exigent une prise en compte plus efficace de l’autorité cantonale. « Nous attendons avec impatience les premières études de mobilité sur ces axes menées par une équipe pluridisciplinaire mandatée par le canton », précise le maire.

Un pouvoir cantonal qui, au fil des dernières années, a appris à connaître la détermination des autorités lancéennes. Du nom des gares du CEVA situées sur le territoire communal au PLQ du Bachet-de-Pesay ou à l’aménagement des abords de la gare de Lancy Pont-Rouge, les Lancéens ont su se faire entendre, au besoin en utilisant les possibilités offertes par la loi. Aujourd’hui, confirme le Maire, un dialogue constructif est restauré avec l’Etat et les CFF. Des infrastructures comme le CEVA/Léman Express et la ligne prolongée du tram 15 vont déployer des effets très nets en termes d’urbanisme et d’équipements publics. 

Peu de communes, à Genève ou en Suisse, ont à gérer simultanément autant de dossiers portant sur le long terme et exigeant une attention soutenue pour éviter que la population lancéenne se voit imposer des décisions prises ailleurs.

Peu de communes, à Genève ou en Suisse, ont à gérer simultanément autant de dossiers portant sur le long terme et exigeant une attention soutenue pour éviter que la population lancéenne se voit imposer des décisions prises ailleurs. Il a fallu batailler ferme pour déterminer, avec le Canton, les modalités de l’extension du tram 15, soit le maintien de l’accessibilité au chemin des Semailles via les Palettes (afin de permettre la reconversion du chemin des Rambossons en axe de mobilité douce), ainsi que la diminution de l’emprise de l’interface des Palettes grâce au recours à des trams bi-directionnels. Il faut aussi coordonner les travaux et les phaser soigneusement, afin de limiter les désagréments des secteurs concernés. Le chantier des SIG pour le chauffage à distance, qui démarrera en septembre dans les secteurs Curé-Baud et Palettes, sera suivi de celui du tram, qui devrait durer deux ans, plus quelques mois pour les aménagements extérieurs. 

La philosophie du Conseil administratif, en ce qui concerne la mobilité, est claire: Lancy est un maillon essentiel du réseau de transports cantonal et assume à cet égard sa position géographique et stratégique évidente; la Ville, desservie par le CEVA et les TPG, développe avec efficacité la mobilité douce et promeut la qualité de vie de ses quartiers, qui passe aussi par la lutte contre le bruit et la limitation du trafic de transit; elle entend préserver son équilibre de cité où il fait bon vivre et maîtriser son développement en concertation avec ses voisines, le Canton et la Confédération.
 

Léman Express
Des infrastructures comme le CEVA/Léman Express et la ligne prolongée du tram 15 vont déployer des effets très nets en termes d’urbanisme et d’équipements publics. 

Photo: Alain Grosclaude

 

L’effet Léman Express

Le Léman Express, dont la partie centrale est le CEVA, la ligne Cornavin/Eaux-Vives/Annemasse – avec ses deux gares lancéennes, Bachet et Pont-Rouge – va influer profondément sur la vie de la Commune.

Ce RER transfrontalier, avec ses six lignes desservant 45 gares sur 230 km de voies au gabarit ferroviaire, devrait transporter 50 000 voyageurs par jour. Après d’âpres débats, puis un plébiscite populaire en 2009, le CEVA démarrera en décembre prochain. C’est la colonne vertébrale d’un réseau de transport visant à diminuer le nombre de véhicules privés franchissant la frontière (550 000 déplacements transfrontaliers quotidiens en 2015, 84% en voiture). 

«L’effet structurant du CEVA-Léman Express ne fait pas de doute, note le Maire Stéphane Lorenzini. Le nouveau quartier de Pont-Rouge et tout Lancy vont bénéficier du statut de centre névralgique».

Entre Genève et Annemasse, six trains passeront par heure, chaque «branche» de l’étoile ferroviaire du réseau en accueillant deux. Le réseau est cadencé et comprend des nœuds de correspondance comme Cornavin, bien sûr, mais aussi Annemasse, Bellegarde ou La Roche-sur-Foron. «L’effet structurant du CEVA-Léman Express ne fait pas de doute, note le Maire Stéphane Lorenzini. Le nouveau quartier de Pont-Rouge et tout Lancy vont bénéficier du statut de centre névralgique».A vrai dire, dès les premières améliorations en 2018 sur l'axe Lancy-Coppet, avec en particulier le cadencement au quart d'heure, une hausse importante de la fréquentation a été constatée sur un an, en particulier entre Pont-Rouge et Genève-Sécheron, qui a vu le trafic croître de 100%. Un effet renforcé par l’installation d’entreprises et le fait que le trajet Lancy-Sécheron prend 11 minutes en train, contre 41 avec le tram 15! 


Vélostation record

La gare CEVA/Léman Express de Lancy Pont-Rouge est appelée à devenir l’un des sites les plus importants du réseau de transports du Grand Genève. Au cœur du futur centre-ville – dont la taille des immeubles sortis de terre l’an passé donnent déjà une idée – la gare verra passer quotidiennement plusieurs dizaines de milliers de voyageurs. Sa vélostation sera la plus grande du canton, avec 1’200 places sécurisées, sans compter les quelque 800 places en surface. Précisons que l’autre gare lancéenne du nouveau RER franco-suisse, Lancy Bachet, offrira quant à elle une vélostation de 270 places. Les deux gares donnent accès à la Promenade Nicolas-Bouvier, qui à terme reliera le Bois de la Bâtie, via le quartier de Surville (situé au nord-est de la commune), au quartier de La Chapelle. Joli coup de pouce à la petite reine!
 

Chiffre clé

15.12

Il y a plus d’un siècle que Genève et sa région l’attendait: l’achèvement de la liaison Cornavin/Eaux-Vives/Annemasse. Le dimanche 15 décembre prochain, le plus grand réseau ferré régional transfrontalier d’Europe sera intégralement mis en service! Pas moins de 230 km de réseau, parcourus chaque jour par des dizaines de trains, relieront plus de 40 gares suisses et françaises. Les 14 km de voies CEVA sur territoire genevois desserviront cinq nouvelles gares, dont deux portant fièrement le nom de: Lancy-Bachet et Lancy Pont-Rouge.

Tram 15: Rappel au chrono !

Le Conseil administratif a écrit au mois de juin au Conseil d’Etat pour rappeler au gouvernement cantonal que le chantier d’extension de la ligne de tram 15 entre les Palettes et la Zone industrielle de Plan-les-Ouates (Ziplo) était supposé s’ouvrir au début de l’an prochain, ce qui semblait peu probable, puisque ni Lancy, ni sa voisine Plan-les-Ouates – qui a aussi écrit à l’Exécutif cantonal – n’avaient encore été contactées pour définir le contenu des appels d’offres.

Rappelons que le projet est de prolonger cette ligne (la troisième des TPG l’an passé en termes de fréquentation, avec près de 20,3 millions de passagers) de quelque six kilomètres, dont un quart en France, et de dix stations, jusqu'à la gare de Saint-Julien-en-Genevois, via le nouveau quartier des Cherpines-Charrotons, la zone industrielle de Plan-les-Ouates et la douane de Perly. La fameuse «boucle de retournement», prévue initialement aux Palettes et fortement contestée, est aujourd’hui écartée au profit d’une solution plus raisonnable, avec terminus de la ligne 12 au Bachet et prolongement de la ligne 18 (bidirectionnelle) aux Palettes. 

Le Conseil d’Etat avait pris l’engagement de desservir le quartier des Cherpines en 2021, date à laquelle les premiers habitants s’installeront. Une autre extension de la ligne 15 est d’ailleurs prévue au nord, en direction du Grand-Saconnex, de l’aéroport et à terme de Ferney-Voltaire (extension dont le lien avec la nouvelle route des Nations suscite des oppositions). Il paraît d’autant plus essentiel que l’Etat respecte autant que possible son agenda: c’est le sens de la démarche épistolaire de la Ville de Lancy.
 

Mobilité Tram 15
Le projet est de prolonger la ligne du tram 15 de quelque six kilomètres.

Photo: Alain Grosclaude

 

En lien

Mobilité douce
Dossier spécial Aménagement et travaux

Mobilité douce: Lancy met le turbo !

Lancy prévoit d’intensifier ses efforts en matière de mobilité douce: l’occasion également de corriger les discontinuités entre les différents pôles

l'école du Pleateau
Dossier spécial Aménagement et travaux

Projet d'équipement public: l'école du Plateau

Parmi les projets d’équipements publics, la rénovation des écoles, mais aussi la construction de nouvelles classes occupent une place importante. Les...

Un patrimoine administratif bien géré
Dossier spécial Aménagement et travaux

Un patrimoine administratif bien géré

La Ville de Lancy gère une septantaine de bâtiments, qui constituent son patrimoine administratif.

Plan énergie des bâtiments
Dossier spécial Aménagement et travaux

Le Plan énergie des bâtiments, un atout pour Lancy

Il n’est plus possible d’ignorer la nécessité d’économiser l’énergie et les ressources naturelles; Lancy agit concrètement.